Le 2 décembre,  à Kehl (Villa Rheinterrassen),  dans le cadre du mois de l’ESS et à l’initiative de la Maison de l’Emploi de Strasbourg et de la Cres Alsace,  s’est déroulée une première rencontre transfrontalière à l’échelle de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau sur le thème : «Et si on allait voir de l’autre côté du Rhin?».
Une centaine de personnes étaient présentes pour assister à cette rencontre animée par Pierre ROTH de la CRES Alsace  Jean-Michel HERBILLON du Cabinet Plateforme-Territoire,  coordinateur de l’étude.

Cette première rencontre sur  du développement d’un axe de coopération Franco-Allemand autour de l’Economie Sociale et Solidaire avait pour objectifs:
  • de faciliter le rapprochement entre acteurs français et allemands de l‘ESS sur le territoire Strasbourg Ortenau,
  •   de faire émerger des projets de développement communs,
  • partager la  restitution d’une étude sur les structures de l’ESS de part et d’autre du Rhin.
L’ETUDE 
L’étude a été réalisée entre janvier et novembre 2010 en 3 temps :
  1. par la réalisation d’une cartographie des acteurs concernés,
  2.  par l’organisation d’une enquête auprès des 51 maires de l’Ortenau (recueil du sentiment des maires sur l’intérêt de la démarche visant à renforcer l’ESS par la mise en place de coopérations franco allemandes – repérage d’acteurs opérant sur la commune et agissant dans l’esprit de l’ESS).
  3. par la conduite d’entretiens individualisés avec une soixantaine d’acteurs locaux franco-allemands de l’ESS (identification de la structure et de son projet au regard de l’ESS : statuts, activités, buts, valeurs, vision d’avenir, etc… – Perception de l’enjeu à développer des initiatives avec les acteurs d’outre-Rhin).
Elle s’était fixée 3 grands objectifs  à atteindre à l’échelle du territoire de l’Eurodistric Strasbourg- Ortenau :
  • Comprendre comment s’organise l’activité de l’ESS de part et d’autre du Rhin,
  • identifier les acteurs qui font cette Economie,
  • associer les parties prenantes à la co-création d’un projet de développement partagé.

 LES RESULTATS :

Dans la phase de dialogue avec les acteurs de l’ESS :

  • à la question posée « Avez-vous de l’intérêt pour une démarche de mise en place de coopérations transfrontalières ? » , 90% des répondants portent  un réel intérêt à la démarche proposée,
  • Il ressort également de ce dialogue :  Le sentiment que quelque chose est à faire… sans  pour autant, à ce stade, avoir une vision claire et concrète des aboutissements possibles,
  • Trois niveaux de coopérations possibles émergent (1. des passerelles de « curiosité » – 2. des coopérations bilatérales – 3. des partenariats de développement territorial : initialisation de projets collectifs émergents portés par des consortium d’acteurs).

ANALYSE DE CE QUI RESSORT DE L’ETUDE :

  1.   Au delà des différences de définition, de positionnement, de structuration et d’organisations, on peut dégager de véritables convergences : des valeurs partagées, des thèmes communs, des problématiques similaires,
  2. Le sentiment qu’ensemble, on peut trouver des solutions innovantes : de nouveaux modèles sont à inventer, l’expérience de l’autre est enrichissante, l’ouverture créée de nouvelles opportunités,
  3. Des besoins qui nécessitent des réponses concrètes et immédiates (avec 3 niveaux de besoins identifiés)  : La reconnaissance, la mutualisation et le partage d’expérience – l’appui au développement – l’aide à la professionnalisation.
En fin de journée les participants ont pu  se retrouver et échanger  autour d’un buffet, aidés de quelques interprètes français et allemands mis à disposition pour la circonstance.
De l’avis général tous les participants sont prêt à renouveler l’expérience et envisager la mise en place d’actions concrètes transfrontalières.

EN SAVOIR PLUS :