L’Afpa Grand Est, l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes, accueille 22 jeunes apprentis. Ils ont entre 18 et 30 ans, ont été recrutés dans l’été, et viennent renforcer l’action des équipes Afpa au quotidien, sur la base d’un contrat de travail d’une ou deux années, incluant des périodes de formation. 

Répartis sur l’ensemble de la région – Metz, Nancy, Epinal, Remiremont, Strasbourg, Mulhouse, Colmar, Reims et Saint-Dizier, ces jeunes salariés participent au projet et à la mission de l’Afpa, une mission d’intérêt général visant l’accès, le retour et le maintien dans l’emploi de tous les actifs. Ils occupent des postes à différentes responsabilités : développement commercial, assistanat, communication et marketing opérationnel, contrôle de gestion, accompagnement de publics, ou encore qualité et sécurité.
Avec cette action d’insertion, l’Afpa engage sa responsabilité sociétale : au-delà de son rôle et de ses missions de qualification / formation, elle participe aux politiques publiques visant l’insertion des Jeunes.

Une priorité.
 « Nous avons la conviction à l’Afpa que l’apprentissage constitue un choix de sécurité et de qualité de parcours pour les jeunes ; c’est aussi et surtout une voie d’accès privilégiée  à la qualification et à l’insertion professionnelle durable », explique Peggy Brione, DRH de l’Afpa Grand Est, et de préciser « chaque apprenti sera accompagné tout au long de son parcours par un maitre d’apprentissage au sein de l’entreprise. 21 salariés de l’Afpa ont ainsi été formés pour cette mission de tutorat. »

Le contexte national

Le Gouvernement a fait de la jeunesse une de ses priorités et de la lutte contre le chômage des jeunes, un des axes de ses politiques de l’emploi (l’objectif de 500 000 apprentis doit être atteint en 2017). Avec 7 apprentis sur 10 qui trouvent un emploi durable à la fin de leur formation, l’apprentissage est un des chemins les plus sûrs pour trouver un emploi.
Dans le cadre du plan d’urgence national pour l’emploi présenté le 18 janvier 2016, le président de la République a annoncé vouloir diversifier l’offre de formations proposées en alternance et mieux adapter leurs contenus aux besoins des entreprises.
Le Pacte de responsabilité conforte l’objectif chiffré, en incitant les branches professionnelles des différents secteurs à prendre des engagements en matière d’apprentissage. Au-delà de la nécessité de voir plus de jeunes entrer dans ce parcours, la progression de l’apprentissage est aussi un enjeu de qualité : l’apprentissage doit permettre des parcours plus sécurisés pour les jeunes et rassurants pour les entreprises.
Depuis le 1er janvier 2017, sept régions expérimentent l’extension de l’apprentissage jusqu’à 30 ans au lieu de 25 ans. L’État va aussi confier à des régions, sur la base du volontariat, l’affectation des fonds libres.
Les contrats d’apprentissage (diplômant) concernent les jeunes de moins de 26 ans, les contrats de professionnalisation (qualifiant), les jeunes de 16 à 26 ans (révolus), les demandeurs d’emploi de plus de 26 ans (jusqu’à 45 ans), les bénéficiaires du RSA, de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) et les personnes ayant bénéficié d’un contrat unique d’insertion (CUI).


L’alternance en chiffres-clés (source : DARES, février 2015)

  • 8 milliards d’euros d’investissements,
  • 400 000 alternants en France,
  • 66,2 % d’hommes et 33,8 % de femmes,
  • 51,2 % ont moins de 18 ans, 31,4 % de 18 à 21 ans et 18,5 % + de 22 ans,
  • 34,1 % préparent un bac +2 et + ; 41,4 % préparent un CAP / BEP ; 21,7 % un Bac pro et Brevet,
  • 72,6 % des apprentis sont embauchés par des entreprises de – de 50 salariés, 9 % par des  entreprises de 50 à 250 salariés, 19,8 % par des entreprises de + de 250 salariés,
  • Une rémunération entre 25 et 85 % du SMIC, selon l’âge et le niveau de qualification,
  • 80 % des jeunes qui sortent diplômés d’une formation en alternance trouvent un poste dans les six mois,
  • 56 % des entreprises transforment le contrat en CDD ou CDI,
  • Les entreprises qui recrutent : tertiaire (57,9 %), industrie (22 %), construction (16,8 %), agronomie (3,2 %)

A propos de l’Afpa
Avec plus de 140 000 personnes formées chaque année, l’Afpa, l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes, est depuis plus de 65 ans, le 1er organisme de formation professionnelle qualifiante. Membre du service public de l’emploi, elle accompagne les demandeurs d’emploi et les salariés sans discrimination de la formation à l’emploi : insertion, reconversion, professionnalisation. Entreprise de l’économie sociale et solidaire, engagée dans une démarche d’utilité sociale, elle propose une large gamme de formations adaptées aux besoins de tous les actifs, des entreprises et des acteurs institutionnels des territoires. Plus d’informations sur www.afpa.fr